AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

✨ Le bottin des avatars est a jour ! N'oubliez pas de vous y rendre
une fois que votre fiche sera validee ~
✨ Privilegiez la race des humains mais aussi les personnages speciaux
qui n'attendent qu'a etre joues ! Bon jeu a vous !

Partagez | 
 

 Quand une Vampire rencontre un Dragon [PV : Zelraëck Thorvitch]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ariane Flina
Je suis une hybride

Je suis une hybride
Afficher infos
Messages : 29
Age : 18
Localisation : Et si je refuse de répondre...?
Humeur : Nyuuu ~

Feuille de personnage
Vie:
19/19  (19/19)
lv/LV: 5
Inventaire:

MessageSujet: Quand une Vampire rencontre un Dragon [PV : Zelraëck Thorvitch]   Mar 11 Oct - 13:26


Quand une Vampire rencontre
un Dragon


Un soir, en bordure de Snowdin, non loin de la ville, ni de sa périphérie, mais tout de même proche de cette dernière, tu t'aventurais. Que faisais-tu là ? Tu observais, tout simplement. Bien que ta faim commençait à se réveiller, tu l'ignoras simplement, continuant de griffonner sur ton cahier : tu notais chaque rue, chaque détail, chaque partie que tu avais vu de la ville, afin d'en faire un plan précis. Tu te baladais donc ainsi dans la ville, évitant les sources de lumière, afin d'éviter de partir en fumée, au sens littéral du terme. Mais rapidement, ton regard s'intéressa à une créature, qui approchait. Elle ne t'avait certainement pas vu, dans cette pénombre. Par simple réflexe, tu te cachas dans l'ombre d'un mur, regardant de tes yeux lumineux et rougeoyant, la créature approcher. Etait-ce...? Un dragon ? Tu n'en avais jamais vu, bien qu'entendu parlé.
Sans réfléchir, tu repris ton apparence standard, sortant de ta cachette, apparaissant devant l'écailleux. Sans attendre, ce qui allait certainement surprendre encore plus ton interlocuteur, tu le harcela de questions :

« Vous êtes un dragon n'est-ce pas ? Quelle couleur ! D'où venez-vous ? Quelle légende sur vous est la plus proche de la réalité, de toutes celles qui existent ? C'est incroyable ! Vous savez à quel point votre espèce est rare ? Bon, certes, il me semble que les monochromes le sont un peu plus, en fonction de leur âge, mais quel hasard de trouver un dragon ici ! Vous tenez plus du lézard ou du dinosaure ? Puis-je prendre des notes ? Quelle question, bien sûr. »

Sans attendre de réponse, tu commenças à écrire tout ce qui te venait à l'esprit face à la créature, puis tu commenças un croquis. Tu n'étais pas tout à fait consciente que ce que tu venais de faire était peut-être irrespectueux, mais tu savais qu'il était en droit de refuser de te répondre. Tu avais tellement de questions et de choses à décrire, que tu ne savais pas trop par où commencer.


© Beroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelraëck Thorvitch
Je suis un monstre !

Je suis un monstre !
Afficher infos
Messages : 42
Localisation : Foret de snowdin
Humeur : Seul

Feuille de personnage
Vie:
16/19  (16/19)
lv/LV: 7
Inventaire:

MessageSujet: Re: Quand une Vampire rencontre un Dragon [PV : Zelraëck Thorvitch]   Mer 12 Oct - 22:23
Le vent glacial balayais les rues déserte de snowden au plus profond de la nuit. Il chantait dans les branches des arbres où tintés les cristaux de glace... Comme la plupart des nuits, je profitais de l'absence d'activité pour voler. Je planais sur les couches d'air froides, le blizzard faisait siffler les cristaux couvrant ma fourrure et mes écailles. Je finis par me poser à la lisière de la ville, marchant pour la première fois dans ma véritable forme parmi les bâtiments, circulant dans les larges rues et parcs, à pas lents et contrôlés, ne faisant pas plus de bruit que la neige tournoyant. L'air tourbillonnant était à la recherche du moindre point faible, prêt à morde jusqu'aux os. Mon noir d'encre se diluait peu à peu dans mes couleurs crépusculaires, je reprenais mon apparence normal au rythme de mes pas. Je fermais les yeux, continuant ma progression, mais en me concentrant sur le souffle de l'hiver, les oreilles dressées, écoutant attentivement.

Je la sentis. Une aura. J'ouvris les yeux, fixant directement les deux points d'un rouge bouillonnant qui essayaient de me percer, flottant dans une pénombre surnaturel. Ma vision nocturne semblais incapable de percevoir la forme qui finit par bondir hors du mur, dévoilant une jeune femme, d'apparence humaine, mais à l'aura glauque.

Je percevais son aura sombre et dépourvu de vie était teinté d'une faim me rappelant la mienne, dévorante. Tel étaient les adjectifs que je pouvais apposer à l'aura de mes assaillants fantomatiques du charnier. Mes épines dorsal me démanger, sentant imperceptiblement le motif de ronce se dessinait sur les bords.

Je m'arrêtais sèchement, redressant la tête, gardant mon aplomb devant l'être sombre. Elle se plaça devant moi, la peau cendreuse de son visage était fendue d'un sourire s'étirant jusqu'à ses oreilles pointues. Son rictus dévoilait des canines longues et acérées. Entres ses mains se trouver pour toute arme un carnet et une plume, enfin, l'équivalant moderne j'imagine.

Et avant même que je ne puisse dire ou faire quoi que ce soit de plus, elle fit s'abattre sur moi un flot de parole soutenu :

« Vous êtes un dragon n'est-ce pas ? Quelle couleur ! D'où venez-vous ? Quelle légende sur vous est la plus proche de la réalité, de toutes celles qui existent ? C'est incroyable ! Vous savez à quel point votre espèce est rare ? Bon, certes, il me semble que les monochromes le sont un peu plus, en fonction de leur âge, mais quel hasard de trouver un dragon ici ! Vous tenez plus du lézard ou du dinosaure ? Puis-je prendre des notes ? Quelle question, bien sûr. »

Bien que quelque peu décontenancé, je profitais d'une pause qu'elle prit pour écrire avec une vélocité tous aussi surnaturelle, pour remettre mes pensées en ordre . Analysant ses questions et formant mes possibles réponses, je tentais de soutenir son flux de parole; je me lançais ainsi dans une tirade mettant à mal mes exercices d'articulation.

« Je suis un effectivement dragon. Je viens de la surface, je connais l'Histoire des dragons, les légendes à leurs propos, je sais aussi que mon espèce se fait rare vue la quantité abondante d'autres dragon que je connais, les monochromes ne sont pas plus "rare" que les bariolés mais là, cela retombe sur votre dernière question : Les dragons sont des chimères comme beaucoup de monstres, mélange d'espèces sauvages plutôt homogène, étalant généralement les détails de reptile sur la structure élance des grands prédateurs mammifères. Ils en existent de toutes tailles, de toutes formes, de toutes couleurs, écailleux, à fourrure ou a plumes. Seul notre âme et notre aura nous définit comme une espèce particulière, nous liant par la magie, nous partageons notre raison, nos sens aiguë, notre espérance de vie et notre potentiel magique. »

Puis ralentissant progressivement mon parlé, reprenant ma voix calme et caverneuse.

« Bonsoir, tous d'abord. Je me prénomme Zelrick Thorvitch, libre à vous de prendre des notes… Je suis le dernier dragon à ma connaissance, mon espèce semble avoir disparu, y compris de la mémoires commune... »

Je tentais de ne pas laisser ma dernière phrase se teinter de la peine qui tournoyait en moi, regardant la neige au sol, avant de reposer mes yeux incandescent sur "la personne" en face de moi, soudainement plus terne, plus froid, la sensation de légèreté de l'échange plombé par les mots me rappelant des blessures que j'avais oublié.


Dernière édition par Zelraëck Thorvitch le Mer 30 Nov - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane Flina
Je suis une hybride

Je suis une hybride
Afficher infos
Messages : 29
Age : 18
Localisation : Et si je refuse de répondre...?
Humeur : Nyuuu ~

Feuille de personnage
Vie:
19/19  (19/19)
lv/LV: 5
Inventaire:

MessageSujet: Re: Quand une Vampire rencontre un Dragon [PV : Zelraëck Thorvitch]   Jeu 20 Oct - 16:47


Quand une Vampire rencontre
un Dragon


Tu ne semblas pas remarquer qu'en tant que vampire, créature du sang, de l'ombre et de la mort, tu portais une aura qui aurait pu en terrifier plus d'un. C'était comme si chacune de tes actions réveillait le prédateur qui sommeillait en toi, alors que tu n'y faisais pas vraiment attention. Tu étais toi, tu te comportais comme tu aurais pu le faire depuis toujours, si tu avais été autre chose. Mais tu étais toi, un vampire, sans mesurer les conséquences que cela pouvait te fournir. Le dragon sembla quelques peu perturbé devant tes question et ton assaut, mais n'en perdit pas la dignité légendaire de cette magnifique créature que tu avais tant étudié. Tu n'avais pas terminé ton croquis que la créature commença à parler. Tu relevas une seconde les yeux, puis tu commenças à écrire chaque réponse, chaque élément important. Tout semblait intéressant, et son point de vue semblait logique.
Ce qui t'étonna ensuite, et qui te fit écarquiller les yeux, fut qu'il se présenta : sa dénomination. Tu la notas aussi, mais tu restas sceptique devant ce nom. Il affirma qu'il était le dernier, et que son histoire s'estompait peu à peu. Tu soutins le regard du dragon, un peu plus sérieuse, puis tu lui répondis :

« Dans mon pays natal, aucun dragon n'aurait jugé une créature tel que moi, inférieure à elle, digne d'entendre son nom. Je ne sais pas si cela relève du privilège ou de l'insouciance vous concernant. Nous n'avons même pas pu entendre la dénomination du dragon de notre île... Par nous, je veux dire moi. Il ne cessait de dire que c'était un grand honneur d'entendre le nom d'un dragon, et que cela nous hissait à sa hauteur, ou encore que nous avions un pouvoir, par la suite, sur lui. Il n'a jamais voulu m'aider à démêler le vrai du faux. »

Tu gardas le silence quelques secondes, baissant les yeux, posant ton crayon sur ton carnet, un regard triste et un peu perdu. C'était une longue histoire. Puis, soupirant, tu chassas cette peine avant de croiser à nouveau le regard de la créature, puis tu continuas :

« Je m'appelle Ariane Flina, de l'île de Crimson. Bien qu'elle n'existe probablement plus aujourd'hui... Je tiens à garder une trace de ma provenance. Le nom vient... Du nom que nous avons choisi pour le dragon, et qu'il a accepté. Parfois, il m'arrive de penser que c'était réellement le sien... »

Tu fis une courte pause, une fois de temps, attendant un instant, te pinçant les lèvres. La situation te semblait assez tendue, probablement à cause de cette étouffante nostalgie qui venait d'apparaître suite à l'évocation de légendes de la part de Zelrick et à tes souvenirs. Mais tu terminas finalement dans un soupir, avec un léger sourire qui se voulait rassurant :

« Les légendes draconniennes me tiennent à coeur, tout comme cela faisait parti de note folklore, il y a bien deux cent ans, si ce n'est plus. Disons que je suis la dernière trace de toute cette connaissance, et qu'il faudra qu'un jour, je la reforme... Puisque je suis la dernière. »


© Beroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelraëck Thorvitch
Je suis un monstre !

Je suis un monstre !
Afficher infos
Messages : 42
Localisation : Foret de snowdin
Humeur : Seul

Feuille de personnage
Vie:
16/19  (16/19)
lv/LV: 7
Inventaire:

MessageSujet: Re: Quand une Vampire rencontre un Dragon [PV : Zelraëck Thorvitch]   Ven 21 Oct - 12:01
Sache que dans ma vie, tous c'est agencé pour que le dédains qu'on les dragons pour les autres espèces ne germe pas. Mes parents étaient des érudits de l'ancien temps, qui ont gardé le respect pour tous être pensant au cœur de mon éducation, tel que le faisait leurs paires, ainsi que la curiosité sur le monde. Ce qui me fit comprendre l'importance du respect, c'est ma rencontre avec la civilisation et mon métier de soldat, j'ai vite fait de détester ceux qui incapable de respect, enrobé de leur soit disant "dignité", cachant leurs esprits fragiles de la réalité du monde en se plaçant artificiellement au-dessus des autres par leurs races, ou quelques titres ou postes particuliers.

Ma queue frappa la neige mu par un geste de rage.

Mais ne déforme pas mes paroles, certain portes ses mêmes titres avec une véritable dignité et n'en abuse pas. Asgore, par exemple, était sûrement le Roi le plus noble et le plus dévoué à son peuple, brisant toujours le mur de la bienséance le séparent de son interlocuteur.

Quelqu'un incapable de respecter un autre individu, quel que soit son rang, son rôle ou son âge, n'en mérite pas soit même, j'ai dû à de très nombreuse reprises affronter d'autres de mes "congénère" estimant que je salissais le nom des dragons en traitant tout le monde avec égalité indifféremment de la race.


J’émie un rire bref en repensant à quelque chose, avant de m'expliquer Ariane

Ma soeur et moi-même préférions le terme de dégénère pour désignant ses créatures faibles d'esprit, imbu de leurs statuts. Ils créaient de la souffrance usant de leurs pouvoirs alors qu'ils auraient pu les utiliser pour améliorer le monde.


J'eus un grognement de dédains, crachant dans la neige, qui crépita légèrement sous l'effet caustique. Puis j’étudiais l'air mitigé d'Ariane, avant de reprendre la parole.

Ça ne veut rien dire sur l'intelligence, la force, ou le caractère d'un dragon, l'ego est simplement ce qui les tuent en général, sous-estimant leur opposant. Tant de mort stupide pour de si puissante créature...


Ma dernière remarque n'avais pas l'air d'améliorer la situation.

Je vais te dire la vérité à propos des "Légendes de dragon". Aujourd'hui, ce sont des contes pour faire croire que les dragons sont des créatures puissantes, nobles et dignes, pouvant donc légitiment marcher sur tout le monde. La vérité étant que les dragons sont effectivement puissants, mais aussi plein de faiblesse, certain ne sont que de bêtes créatures sauvages, certain ont les os fragiles comme du verre et la peau fine comme du parchemin, certains sont déformés, certains sont mauvais, certain sont fous. Mais les dragons restent des monstres... Ils ont passé les siècles à construire des légendes, des fables et des mythes, à se créer un trône sur le monde et le pire, c'est que même eux finissent par y croire! Voilà la vérité sur les prétendu grands et majestueux dragons! De simples manipulateurs!

Je nous ai bien vus, affligés par la maladie, affligés par la folie! La plupart des dragons sont touchés par le même mal que les humains, les vrais ténèbres de se monde! Incapable d'être heureux, toujours faim de pouvoir, de richesse et de gloire, terrifié qu'on leurs retirent! Pitoyable comme des enfants qui pleurnichent sans arrêt, convoitant les jouets de celui d'à coté! C'est cette même peur qui a fait que les humains ont massacré les monstres!


J'avais presque rugit ces dernières phrases. Je tenta une autre approche, plus calmement:

Pour être plus exacte, les dragons n'ont pas créé les légendes de dragons, simplement utilisé à leur avantage. Car a une époque, ils étaient aussi dignes que dans les légendes. Laisse-moi reprendre depuis l'aube des temps, toi qui veux tant connaître l'histoire des dragons. Les dragons sont les incarnations des différentes faces de la nature et ils se sont rassemblés pour explorer et comprendre la nature. La connaissance devenant ainsi la chose la plus précieuse aux yeux des dragons, leur société c'est vite retrouvé composé principalement d'érudit, de philosophe, d'artiste et d'explorateur. Une société ouverte, progressiste et épanouie. Le problème c'est que cela n'a pas plu tout le monde, notamment aux dragons doué d'une grande puissance mais incapable d'appréhender le monde tel qu'il était. La force avant la raison...
Ils s'exilaient donc pour commettre leurs bassesses, exploitation d'autres peuples, massacre sadique ou même pire, utiliser ses connaissances pour gagner du pouvoir au près d'autres civilisations. Quand certains comprirent que leur puissance et leurs connaissances leurs offraient une place de quasi-dieux auprès des autres races, ils n'ont pas hésité.

Et conflit le conflit grandissant ébranla la culture draconnique. Se fut un phénomène très intéressant mais malheureusement, ceux qui auraient pu l'étudier, c'étaient fait tués ou s'étaient exilés en ermite. L'apparition du mal incarné au sein même de l'âme des dragons, qui l'auraient crue? Une faim dévorante de pouvoir fit que l'argent prit place du savoir. Les dragons descendant de ceux ayant mis à sac leur propre culture, devinrent des êtres cyniques, brutaux, aigrie, solitaire et orgueilleux. Utilisant la légende de ceux qu'ils avaient détruit pour cacher leurs propres faiblesses. Mélangeant histoire vraie et légendes, les dragons prirent l'habitude de perdent leurs interlocuteurs dans un labyrinthe sans queue ni tête pour après pouvoir leur reprocher de ne pas être suffisamment intelligent pour comprendre.
Mais ne méprend pas mes paroles, j'ai connue plusieurs dragons, très bon dans l'âme, agissant ainsi car on les a éduqués ainsi et cela régissais leurs comportements.


Je restais silencieux une minute pour laisser les informations décanter, tous aussi anarchique que le reprochais au discours des autres dragons. Voulant changer un peu de sujet, je laissais ma curiosité parler à ma place.


Dit m'en plus sur le dragon de ton ile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane Flina
Je suis une hybride

Je suis une hybride
Afficher infos
Messages : 29
Age : 18
Localisation : Et si je refuse de répondre...?
Humeur : Nyuuu ~

Feuille de personnage
Vie:
19/19  (19/19)
lv/LV: 5
Inventaire:

MessageSujet: Re: Quand une Vampire rencontre un Dragon [PV : Zelraëck Thorvitch]   Ven 21 Oct - 13:25


Quand une Vampire rencontre
un Dragon


Zelrick entama un discours pour expliquer les faits et mots du dragon de ton île, Crimson. Tu l'écoutas attentivement, puis tu pris des notes, pour t'en souvenir. Ce dragon-ci semblait posséder une connaissance des plus complètes, surtout concernant son espèce. Tu ne pouvais rêver mieux : de telles connaissances en ta possession, de telles histoires, un témoignage des plus complets... Tu savais que cela t'aiderait à terminer tes recherches sur Crimson, mais aussi à déceler les erreurs d'interprétation dans ta "connaissance infuse" de ta civilisation. Mais, lorsque le dragon te posa une question, celle d'en savoir plus sur Crimson, tu levas ton crayon et, lentement, ton regard se posa sur la créature. Pendant un instant, tu eus un doute sur ce qu'il devait de dire, comme si sa question semblait incohérente, comme si tu lui demandais, du regard "Le dragon de mon île ? Quel dragon ?". Puis après un court laps de temps où ton regard semblait éteint, ton visage s'illumina d'un sourire, tes yeux de même, comme si cette question te faisait une grande joie, comme si ce moment de doute n'avait jamais eu lieu, puis tu engageas un monologue :

« Cröesynëus ([Kroyéssineuss])... Hum... Crimson était un grand dragon. Je crois que même sous un toit de deux mètres de haut, il ne pouvais entrer. Il vivait dans une grotte, non loin de la plage nord de l'île. Beaucoup de légendes hantent ce lieu, comme l'aube de notre... Mince, comment dit-t-on déjà...? Zerukägëa ([Zérloukégeua])... Mince... L'histoire en langue "commune" n'est pas mon fort à vrai dire... Ahem... Zeru... Zeru... Ah, voilà ! décadence ! A l'aube de notre décandence. Le nom de Crimson vient de la couleur de ses écailles : rougeoyante, même si nous ne sommes pas tous d'accord. Le cramoisie fait référence à un rouge sombre alors que ce dragon tirait plus sur un rouge bordeaux...Peut-être... Ahem... Rëuophys ([Reuyofis])... Mince... La traduction... Ah ! Rubis. Ses écailles étaient lisses, vives et, au soleil, semblaient être animées de poussière de soleil. Un spectacle magnifique. C'était comme si son corps entier nous montrait l'immensité de l'univers. D'ailleurs, l'univers, dans ma langue se dit "Uvëvöha" ([Ouweuwoa]). C'est un mot importé qui veut dire... Mince... La Source. Voilà. On l'appelait aussi la Source. C'est Crimson qui m'avait appris ce mot, parce que notre "mot" pour l'univers lui paressait faux et barbare. On l'appelait l'"Inaccessible". Heu... Krnkneis ([Kn-Knéi]). Difificile à prononcer, d'ailleurs. »

Tu soupiras longuement, frissonnant devant ce souvenir, visiblement encore jeune dans ton esprit. Puis tu continuas :

« Bref. Lorsqu'il se mettait en colère, ses écailles viraient à un rouge sang de boeuf, ou quelque chose d’identique, presque noir. Cette couleur, c'était, pour nous, la couleur du Chaos... Leönekwë ([Léeunékoué]). Une fumée ténébreuse l'entourait et remplaçait la beauté de la poussière formée par le soleil... Et il faisait froid... Sombre... Etouffant, dans les environs. A l'identique, le monde entier semblait suivre ses émotions : joie, peine, tristesse, nostalgie,... Nous avons pu voir, au travers des siècles, chacune d'entre elles. Et à chaque fois, ce fut un spectacle magnifique. Crimson était un dragon bienveillant, mais tourmenté. Du moins, c'est ce qu'on avait tous cru, au début. »

Tu fis une pause, comme si tu en avais besoin, te pinçant les lèvres. Bien que tu te souviennes de chaque détail, tu avais toujours l'impression de manquer quelque chose, même en y étant. Tu finis par reprendre la parole après quelques secondes :

« Dans sa grotte, Crimson, qui est aussi le nom de notre île, a vu naître le premier et de dernier tyran. Mais personne ne connait l'histoire, ni si le dragon était à ses côtés. Mais lorsque ce tyran... Mon... Père... A pris le pouvoir, il a fait capturer Crimson et l'a enfermé dans le château... Personne n'en a trouvé de trace, alors on doute. Le dragon aurait, semble-t-il, abandonné l'île, ses habitants, tout, pour fuir ce qu'il avait possiblement créé. Sans protection, Crimson est tombé bien rapidement entre les mains du chaos. Crimson a abandonné son île et ses habitants, et peu veulent le comprendre. Il nous avait appris la sagesse et fait don du Pardon. Mais quand l'heure fut arrivée d'utiliser ce qu'il nous avait appris, personne ne le fit. Personne ne le pardonna et aucun d'entre nous ne voulu user de sagesse pour apprendre la vérité. »


Tu semblais contenir une certaine colère et incompréhension lorsque tu parlas. Mais après quelques secondes, tu affichas un sourire un peu niais, avant de te lancer à nouveau :

« Ah ! Oublions ça ! Crimson... Crimson... Qu'ai-je oublié...? J'ai parlé de ses écailles, de sa couleur, de sa taille... De sa vie. Ah ! Son visage. Inoubliable. Il avait ces deux cornes sur sa tête, poussées en arrière, qui venaient l'une contre l'autre puis, comme se détestant ensuite, qui finissait séparées. Il s'était même amusé à les orner d'une pierre précieuse qui attirait les regards. Mais pas le mien. Ses yeux étaient tout ce que j'avais besoin : deux iris d'un bleu profond, semblable à un ciel bleu, dégagé, parfois illuminé de paillettes... Je voyais l'espace, l'univers, les constellations, dans ses yeux. Je me perdais dans son regard à chaque fois... Ses pupilles étaient toujours dilatées quand il avait confiance, et se réduisaient à une fente lorsqu'il était énervé. A vrai dire, je l'ai contredit plus d'une fois... Je n'ai pas été très respectueuse. Il museau carré, bien dessiné, avec une petite corne au milieu, malheureusement cassée avec le temps, comme si on avait voulu le punir. Il n'avait pas une trace de poils ou de plumes, mais portait un plastron écailleux légèrement plus clair, chaque écaille le formant était arrondie et finissait en pointe. Mais aussi étrange cela puisse être, c'est le seul dragon que j'ai pu voir à l'oeuvre avec un air aussi humanoïde que nous. Il était gracieux, beau, élégant... Sage. Il n'était pas musclé, mais on pouvait sentir sa force rien qu'en le regardant. Il avait quatre pattes, ou plutôt deux pattes arrières et deux bras, comme nous. Et deux ailes. Deux magnifiques ailes, fines, longues, élégantes et... Blessées. Il affirmait pouvoir voler comme les oiseaux, mais j'en ai toujours douté. La membrane était déchirée, rongée par endroits... L'air se serait infiltrée par ces imperfections et le vol n'aurait pas été long. Mais il y croyait encore, semble-t-il. D'ailleurs ! D'ailleurs... Qu'est-ce que je voulais dire...? Mince... C'est... C'est idiot... Ye ne wakala meise* ([Yé né ouakala méisse])... »

Tu te pinças les lèvres, tu détournas le regard, visiblement inquiète. Tu déglutis, puis releva les yeux vers le dragon, avant d'accompagner un soupir d'un sourire mensonger : tu avais oublié. Mais tu te contentas de signaler :

« Ye ne... Je ne me souviens plus. »

Il te sembla alors impossible que toi, une bibliothèque sur pattes, puisse oublier de tels moments, une telle connaissance. Tu ne pouvais pas oublier le visage d'un dragon, à moins qu'on t'y ait forcé... Par une étrange magie. Soudain, les larmes montèrent doucement, puis tu murmuras :

« Qui... Qui est Crimson ? C'est le nom de mon île, de ma ville. Alors pourquoi en parler comme si c'était une personne. Je ne connais pas... Je ne sais pas... Pourquoi voulez-vous que je parle de quelqu'un que je ne connais pas ? Il n'y avait pas de... Dragon sur mon île. »


Tu semblais plus ou moins certaine de tes paroles. Tu semblais savoir que quelque chose te manquait, mais tu n'arrivais pas à t'en souvenir. Tout ce que tu venais de dire précédemment semblait s'être effacé, comme par magie, de ta mémoire, revenant à la question de ton interlocuteur.

HRP:
 


© Beroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelraëck Thorvitch
Je suis un monstre !

Je suis un monstre !
Afficher infos
Messages : 42
Localisation : Foret de snowdin
Humeur : Seul

Feuille de personnage
Vie:
16/19  (16/19)
lv/LV: 7
Inventaire:

MessageSujet: Re: Quand une Vampire rencontre un Dragon [PV : Zelraëck Thorvitch]   Mar 15 Nov - 20:45
Ariane me décrit avec détails « Crimson », maître de son île d'origine. La description de son physique et ses connaissances exceptionnelles me laissaient entre-voir un dragon des temps anciens, mais la mention de la « Source » comme désignation de l'univers me laisser entendre quelque chose de plus profond.

Il semblait très puissant, sa capacité à manifester son aura, altérer son environnement et affecter les émotions de son entourage me le confirmais. Un « aïeul », les dragons peuplant les légendes même des dragons. Et pi encore, « qu'il avait possiblement créé. », un frisson m'avait parcouru, c'était, si je l'entendais comme tel, celui qui avait créé l'île.

Connu sous le nom de terraximus, ses manipulateurs de monde étaient capables de modifier le climat d'une région, faire fleurir la vie, façonner les montagnes et cotes. Une pointe de frustration s'immisça dans mon flot de pensé. Durant mon ancienne vie, j'avais longtemps cherché à prouver l'existence de se pouvoir, j'avais passé une grande partie de mon temps libre à la recherche d'anciens textes.

C'était un pouvoir que j'ai toujours convoité… Et si le monde ne s'était pas ouvert sous moi pour m'enfermer, j'aurais sûrement percé le mystère, j'aurais sûrement retrouvé la trace des créateurs, j'aurais pu apprendre auprès d'eux. J'aurais pu offrir à mes compatriotes un lieu de vie bien plus agréable que ces ténèbres… Le sort en avait décidé autrement, m'offrant à la place du pouvoir de créer la vie et l'harmonie, celui de la mort et du chaos.

Je revins à ses paroles, je portais attention à son aura, tout en continuant de l'écouter. Similaire aux monstres prédateurs affecté par « la faim », elle ressemblait à un tourbillon ou à une galaxie dirait le poète que je ne suis pas. Elle tournait tous doucement, composée d'un délicat mélange de teintes sombres, noirs, grises et grenats. C'était une aura puissante et ancienne, capable de terrifier même ceux incapable de la percevoir. Cela ne m'affectait pas, partageant quelques traits. Pourtant, dans les nuages noirs flottant dans cette voie lacté ténébreuse se cachait d'infimes taches, parcelles d'un maléfice bien différent de sa nature de non-vivante. Je jurais intérieurement, je ne les avais pas décelés immédiatement et cela ne laissait présager rien de bon.


Un frisson malsain me traversa, me mettant mal-à-l'aise. Quelque-chose se passait dans son aura, ses taches, plus noirs que noirs, semblaient grossir, se rependant comme des ronces alors que l'aura elle-même semblait faiblir légèrement. Je cessais d'observer l'aura terrifiante pour porter toute mon attention sur Ariane.

Des larmes perlé au coin de ses yeux avant de dévaler les flans de son visage, creusant des sillons foncé sur sa peau cendré. Elle commença à murmurer des propos incohérent, niant l'existence de crimson, ou même d'un dragon quelconque.

Je fis un pas en arrière, paniqué par le mal qui la touchait soudainement, pire de toute affliction ou malédiction possible, quelque chose semblait dévorer sa mémoire. Ce mal inconnu me glaçais le sang, ma fourrure et mes écailles s'hérisairent.

Tous disparu soudainement, elle restait là, un peu étourdie par ce qui venait de se passer. Je replaçais ma patte avant là où elle était, avant de lui demander sans brusquerie:

Allez-vous bien?

Le silence dura quelque seconde, amplifié par les bruits de l'hiver.
Je levais les yeux pour effectuer un tour d'horizon, je repris ma marche dans sa direction, prévoyant de passer à côté d'elle.

Marchons un peu, voulez-vous bien?

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane Flina
Je suis une hybride

Je suis une hybride
Afficher infos
Messages : 29
Age : 18
Localisation : Et si je refuse de répondre...?
Humeur : Nyuuu ~

Feuille de personnage
Vie:
19/19  (19/19)
lv/LV: 5
Inventaire:

MessageSujet: Re: Quand une Vampire rencontre un Dragon [PV : Zelraëck Thorvitch]   Mar 29 Nov - 16:33


Quand une Vampire rencontre
un Dragon


Lorsque tu repris tes esprits, le dragon te demanda si tu allais bien. Lentement, tu hochas la tête, comme si les dernières traces de doute s’étaient effacées, comme si tout avait été effacé, comme si tout était rentré dans l’ordre. Quelle étrange journée ! Tu en oublias même jusqu’à cette soif avec laquelle tu avais appris à vivre, comme si tout avait été normal, depuis le début… Comme une sorte d’illusion utopique, un rêve d’enfant. Le dragon s’approcha de toi, puis, presque te dépassant, il te proposa de marcher. Tu hochas lentement la tête, avant de suivre le dragon tout en restant à côté de lui. Tu affichas un léger sourire, avant de parler, beaucoup plus calmement qu’avant, presque apaisée :

« Mes moments d’absences sont rares, à vrai dire, je n’en ai jamais eu. Heureusement que j’ai pris des notes… »

Tu les relus rapidement, quelques mots, comme pour te souvenir. Puis, tu repéras le nom de ton interlocuteur. Tu soupiras discrètement, tu ne te souvenais plus d’avoir parlé à cette personne. Finalement, tu décrochas ton regard de tes notes, et tu les rangeas. Puis, tu continuas :

« Zalreck. Je ne me souvenais plus de ce nom. Excusez-moi d’avoir oublié comment vous vous appeliez. Où en étions-nous ? »

Tu attendais une réponse, tout en observant le dragon, à nouveau. Tu fis les mêmes remarques que dans tes notes, que tu avais relues un peu plus tôt. C’était assez perturbant, de ne pas te souvenir, mais tu ne t’en alarmas pas, tu pensas que ce fut comme pour les humains, comme lorsqu’ils écrivent et pensent à autre chose, puis ne se souvienne plus de ce qu’ils ont écrit, mais c’est écrit. Cela devait être pareil.



© Beroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelraëck Thorvitch
Je suis un monstre !

Je suis un monstre !
Afficher infos
Messages : 42
Localisation : Foret de snowdin
Humeur : Seul

Feuille de personnage
Vie:
16/19  (16/19)
lv/LV: 7
Inventaire:

MessageSujet: Re: Quand une Vampire rencontre un Dragon [PV : Zelraëck Thorvitch]   Mar 3 Jan - 22:18
Je posais un regard désolé sur Ariane, souriante presque peinard.
Elle feuilleta rapidement ses notes avant d'ébréché maladroitement mon nom
J'hésitais quelques secondes à la corriger puis je m'admis que cela n'avait pas vraiment importance. Je continuais de regarder la neige devant moi, me demandant quoi faire. Je lui avais proposé de marcher et parler, je me devais donc de trouver un sujet de conversation. Son passé proche semblait moins risqué que de s'abîmer dans les méandres des temps plus lointains. Je lui demandai donc d'une voix lente de laquelle je cherchée à chasser mon inquiétude :

Nous parlions de choses et d’autres, mais le sujet n’était pas vraiment intéressant de toute façon...

Je fis un sourire maladroit pour ponctué la phrase avant de changer de sujet

Je vis a quelques lieux d'ici dans les forêts au nord de Snowdin, celles aux pieds des piques neigeux. Je ne viens que rarement en ville, je ne connais donc que peu de monde. Vivez-vous ici-même ou dans la région ?

Le vent forci sur mon flan, je prit alors conscience d'une autre chose, elle ne semblait pas très habillée pour la saison, était-elle insensible au froid ? Cela ne semblait pas la déranger en tout cas, même si le givre imprégné ses vêtements
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Afficher infos

MessageSujet: Re: Quand une Vampire rencontre un Dragon [PV : Zelraëck Thorvitch]   Aujourd'hui à 12:12
Revenir en haut Aller en bas
 

Quand une Vampire rencontre un Dragon [PV : Zelraëck Thorvitch]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» The Vampire Diaries
» [Théorie] Lugia et le type Dragon
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand la vie va tout va!!! [PV: toute la clic^^]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Undertale Heart :: Les souterrains :: Snowdin :: Snowdin-
Darkness in EquestriaShinrin YokuRéinvente La DestinéeTokyo Ghoul RPG